Laura Basterra

Exposition, Peinture.

Je montrerai mes dernières peintures abstraites.
Mon travail est une réponse à mon environnement immédiat: les sons, les couleurs, les événements qui m’entourent et les humeurs qui m’impressionnent. Mon travail concerne mon expérience en tant qu’être humain: la liberté que je souhaite ressentir et retrouver ma voix. Je me retrouve actuellement dans un monde d’intensité mixte. Il y a la tristesse du monde, la rage enracinée, l’enjouement enfantin et les fins heureuses. J’essaie de faire un zoom arrière et de voir l’image plus grande, mais elle est si grande qu’elle ne tient pas sur la toile. Les nuages ​​ont l’habitude d’assombrir la raison et la couleur. J’ai déménagé en Belgique il y a deux ans. J’ai grandi et vécu dans la ville de Gaudi, au bord de la mer Méditerranée, où le climat est chaud et ensoleillé. Barcelone regorge d’une architecture détendue, agréable, colorée et arrondie de Gaudi qui est un pur bonheur pour mes yeux. Peut-être que Gaudi a beaucoup à voir avec mon goût visuel.
Je pense que ma façon de m’exprimer est assez intense et polarisée, parfois extrême et émotionnelle. Les couleurs peuvent être intenses, lumineuses, claires, audacieuses, pures, honnêtes et directes. J’utilise beaucoup de jaune. J’aime penser que j’ajoute de la lumière et un peu de soleil en mélangeant mes couleurs. Je pourrais dire que j’ai besoin que chaque élément ou couleur existe pour lui-même, puis collaborer avec les autres, mais j’ai besoin que cette identité soit là, intacte, visible et ait un impact.
Je travaille avec des formes particulières qui sont identifiables mais aussi abstraites. Mon esprit doit encore s’attacher à quelque chose de concret, j’ai besoin d’un peu de structure ou d’un élément auquel je peux m’accrocher. Une simple ligne peut m’aider à voir une direction. J’aime aussi les cercles. Je connais les cycles de vie. La forme ronde est douce, organique, en spirales, courbes, cercles – dénotant le mouvement et se rapportant à la nature, où je suis le plus à l’aise, avec ses sons et l’équilibre entre la vie et la mort. Ce que j’expérimente dans la nature me semble plus naturel à accepter. Je peux vivre en paix, être oisif, flâner et potier, trois verbes qui sont d’une extrême importance pour moi et mon expérience d’artiste.

N° sur le plan: 49

Lieux d’exposition: 8 Rue Fritz Toussaint – SEE-U Bâtiment A

Vendredi : 14h – 18h

Samedi : 14h – 18h

Dimanche : 11h – 14h 

laurabasterrasanz.allyou.net